Une femme de Burnsville a poignardé à mort le chien de son fiancé sur le sentier pédestre de Lakeville, selon les procureurs – Bemidji Pioneer

LAKEVILLE, Minnesota – Une femme de Burnsville qui en avait pour le chien de son fiancé a poignardé le labrador retriever à mort près d’un sentier pédestre à Lakeville, selon une accusation criminelle déposée cette semaine devant le tribunal de district du comté de Dakota.

Barbara Ann Crosby, 46 ans, a été accusée de mauvais traitements infligés à un animal – un crime qui peut entraîner jusqu’à deux ans de prison. Elle a été inculpée par convocation et n’a pas encore été incarcérée dans la prison du comté de Dakota.

La police a découvert le chien mort avec des coups de couteau vers midi le 27 mars. Il était attaché à une laisse attachée à un arbre.

Plusieurs morceaux de vêtements de Crosby ont été trouvés près du chien et des tests au laboratoire du crime du comté de Hennepin ont révélé qu’un était taché de sang qui n’était pas humain.

Crosby avait des marques sur elle qui semblaient être compatibles avec les égratignures d’un chien, selon les accusations.


Inscription à la newsletter pour les alertes par e-mail

Une autopsie par le laboratoire de diagnostic vétérinaire de l’Université du Minnesota a montré que la cause du décès était de multiples coups de couteau au cou et l’aspiration de sang dans les poumons.

Les autorités soupçonnent également que Crosby a injecté de la drogue au chien. Un point d’injection à l’aiguille sur le cou du chien était entouré d’une substance blanche et des tests effectués par le ministère de la Santé du Minnesota ont montré qu’il s’agissait d’un mélange de tramadol et de diazépam, un médicament à base de benzodiazépine couramment utilisé pour traiter l’anxiété.

Le fiancé de Crosby a déclaré à la police qu’elle dormait lorsqu’il a quitté sa maison vers 7 heures du matin le 27 mars et que le chien était également là. Crosby a laissé une note disant qu’elle promenait le chien, a-t-il déclaré.

Selon la plainte pénale, des sources ont déclaré à la police que Crosby avait fait savoir qu’elle n’aimait pas le chien et qu’elle le repousserait et le traiterait de mauvais noms.

Après que le chien ait été tué, Crosby a dit à l’un des parents de son fiancé qu’elle avait souhaité auparavant que le chien meure dans son sommeil ou «disparaisse», indique la plainte.

La police a également appris que Crosby avait une ordonnance pour le tramadol, l’un des médicaments trouvés sur le chien.

Crosby n’a pas renvoyé un appel à commentaires jeudi et les archives judiciaires ne mentionnent pas d’avocat pour commenter en son nom. Elle doit comparaître pour la première fois au tribunal le 11 mai.