Mainers prêts pour les fêtes en plein air et les barbecues dans la cour, avec quelques précautions

Georges Budagu Makoko, 47 ans, père de deux enfants, attend avec impatience les grillades et les barbecues mais a des sentiments mitigés. Ben McCanna/Photographe personnel

Georges Budagu Makoko veut pouvoir allumer le gril et se réunir avec ses amis et sa famille lors de barbecues ou de pique-niques dans la cour cet été, mais il n’est pas encore tout à fait à l’aise avec l’idée.

Bien que le résident de Portland soit vacciné, il a deux filles, 8 et 12 ans, qui ne le sont pas. Et il sait que toutes les personnes qu’il souhaiterait inviter ne sont pas vaccinées.

« L’année dernière a été horrible, nous sommes restés à la maison parce que nous pouvions sauver des vies en restant à la maison. Personnellement, j’attends avec impatience toute opportunité de retrouver des gens lors de barbecues ou à l’extérieur, mais j’ai des sentiments mitigés à ce sujet », a déclaré Makoko, 47 ans, qui gère des foyers de groupe pour Serenity Residential Care à South Portland et est éditeur. du journal Amjambo Afrique. « Certains amis que je connais ont été vaccinés. D’autres personnes qui ne le sont pas, je pourrais en quelque sorte rester à l’écart.

Bien que le Maine a abandonné la plupart de ses restrictions de sécurité COVID-19 et les experts de la santé disent qu’il est peu probable de contracter le virus à l’extérieur, de nombreuses personnes abordent toujours les barbecues et les rassemblements en plein air ce week-end du Memorial Day et l’été prochain avec prudence.

Après plus d’un an d’isolement induit par une pandémie, les gens ont hâte de profiter de ces activités estivales typiques du Maine, mais beaucoup ont des réserves quant à l’invitation de personnes non vaccinées ou de personnes qu’elles ne se sentent pas à l’aise de demander. D’autres s’inquiètent de la sécurité de leurs enfants, les vaccins n’étant pas encore approuvés pour les moins de 12 ans. Certains ne sont tout simplement pas prêts émotionnellement à se replonger dans de grands barbecues d’été, avec des gens alignés coude à coude essayant d’obtenir le dernier hot-dog ou un boule de salade de pommes de terre.

Ainsi, le retour des traditions des barbecues et des pique-niques d’été se fait lentement, avec des rassemblements plus petits qu’à l’époque pré-pandémique, certains parce qu’ils étaient prévus il y a des mois, lorsque les restrictions COVID étaient encore en vigueur. D’autres personnes attendent plus tard dans l’été pour assister ou planifier de grands barbecues ou des fêtes, lorsque davantage de personnes pourraient être vaccinées et que le nombre de cas COVID pourrait être inférieur.

La révérende Fran Bagdasarian prévoit un pique-nique au homard pour 40 personnes en juillet à Fort Williams, mais ne sait pas quand elle commencera à faire des grillades chez elle. Gregory Rec/Photographe personnel Achetez cette photo

“Je pensais juste au moment où je pourrais inviter des gens pour quelque chose comme ça, et je pense que je pourrais commencer à ouvrir notre maison lentement”, a déclaré le révérend Fran Bagdasarian, un ministre interreligieux qui vit à Cape Elizabeth. «Je vais probablement commencer à recevoir mes fils et leurs familles. Rien de trop festif pour le moment.

Sam Caprari de Falmouth a commencé à planifier un barbecue pour le Memorial Day en janvier, pour célébrer les anniversaires de sa mère et de sa sœur. Sur la base des restrictions en vigueur à l’époque, elle et les membres de sa famille ont décidé de se réunir dans un parc d’État à Addison, dans le Vermont, près de la frontière de New York.

Ses parents vivent dans le nord de l’État de New York et sa sœur vit dans le Vermont, l’endroit semblait donc central. De plus, la sœur de Caprari a des enfants (et elle n’en a pas), alors elle a pensé qu’en raison des restrictions de voyage et scolaires, il était logique de garder les enfants dans leur pays d’origine.

Elle avait prévu d’avoir des cupcakes au lieu du gâteau d’anniversaire, afin que les gens n’aient pas à partager de la nourriture, mais maintenant que tous les adultes de la fête sont vaccinés, elle peut changer le menu, même si elle dit qu’elle n’est toujours pas prête à ce que tout le monde s’en empare. croustilles et salsa dans le même bol. Elle a déclaré que la famille était toujours en train d’élaborer des «règles de base» pour le rassemblement, notamment si des masques pouvaient être portés.

Le rassemblement ne comprendra probablement qu’une douzaine de personnes, mais ce sera la première fois que des membres de sa famille seront tous ensemble depuis l’automne 2019, a déclaré Caprari.

“Je pense que pour certains d’entre nous, nous devrons nous habituer à nouveau à être en groupe”, a déclaré Caprari, 37 ans, qui travaille dans l’enseignement médical.

PLUS SR QUE L’ANNÉE DERNIÈRE

Organiser des rassemblements en plein air est toujours une option beaucoup plus sûre, en termes de transmission de COVID-19, et les chercheurs disent qu’ils ont continué à apprendre à quel point il est plus sûr au cours de la dernière année. Des études montrent que moins de 1% des transmissions de COVID-19 se produisent à l’extérieur, a déclaré Gonzalo Bearman, président de la Division des maladies infectieuses et de l’épidémiologie hospitalière de la Virginia Commonwealth University.

le Centres américains de contrôle et de prévention des maladies dit que les personnes entièrement vaccinées peuvent « reprendre les activités que vous faisiez avant la pandémie » sans porter de masque ni s’éloigner physiquement. Mais tout le monde n’est pas vacciné, y compris les enfants de moins de 12 ans.

Il ne fait aucun doute que les gens devraient se sentir plus en sécurité en organisant des barbecues ou des barbecues en plein air cette année par rapport à l’année dernière, avec plus de 50 pour cent de la population de l’État vaccinée dès vendredi. Mais cela ne signifie pas pour autant supprimer complètement les précautions, ont déclaré Bearman et le Dr Dora Anne Mills, responsable de l’amélioration de la santé pour MaineHealth. Les personnes aux barbecues qui ne sont pas vaccinées devraient continuer à porter des masques, tout comme les personnes dont le système immunitaire ou la maladie sont affaiblis, a déclaré Mills. Les enfants de moins de 12 ans devraient continuer à porter des masques dans la foule, et les personnes qui se sentent malades ou qui ont de la fièvre ne devraient pas assister aux fêtes.

La famille Butler-Goodwin-Gordon de Gorham et de Floride profite d’un pique-nique à Fort Williams Park à Cape Elizabeth la semaine dernière. Ben McCanna/Photographe personnel

Mills a déclaré que partager de la nourriture lors d’un barbecue ou d’un pique-nique comporte certains risques, mais pas beaucoup, en particulier chez les personnes vaccinées. Elle a déclaré que le virus se transmet de trois manières – par l’air, par des gouttelettes respiratoires et par des personnes qui contractent le virus sur les mains, puis se touchent le visage.

Personnellement, Mills a déclaré qu’elle prévoyait d’organiser des rassemblements en plein air chez elle et n’inviterait probablement que des personnes qu’elle sait être vaccinées “parce que j’ai l’impression que c’est la chose la plus facile à faire en ce moment”.

D’ici le 4 juillet, a-t-elle déclaré, il pourrait être plus facile d’inviter plus de personnes à des rassemblements, si le nombre de cas de COVID continue de baisser et que le nombre de vaccinations continue d’augmenter.

Anne Malone Snyder de Kennebunk planifie une cuisson de homard pour la fête des pères chez elle. La famille a dû annuler son intention de célébrer le 90e anniversaire de son père avec une fête en octobre dernier, de peur de le rendre malade ou de le rendre malade. Toutes les personnes qu’elle envisage d’inviter sont entièrement vaccinées, a-t-elle déclaré, ce qui facilite la planification de la fête. Elle attend environ 12 personnes.

Snyder a hâte d’accueillir d’autres rassemblements estivaux dans la cour.

“C’est excitant de penser à boire et à danser, à être normal et à voir tout le monde, après avoir survécu à un an et demi de traumatisme et d’isolement”, a déclaré Snyder, qui a la cinquantaine et travaille dans un cabinet de chirurgien.

Bagdasarian, la révérende, a déclaré que bien qu’elle ne soit pas encore prête à accueillir un grand groupe chez elle, elle prévoyait un assez grand rassemblement pour la fin juillet à Fort Williams Park à Cape Elizabeth. Elle aide à organiser la pâtisserie annuelle au homard du Rotary Club of South Portland-Cape Elizabeth pour les membres. Elle a dit que les membres ont vraiment manqué l’événement l’année dernière, et elle s’attend à ce qu’environ 40 personnes y assistent, sur environ 65 membres.

Elle a déclaré que les directives pour l’événement étaient toujours en cours d’élaboration.

“Je pense que nous savons tous comment nous comporter en public après un an de cela, et cette année, nous commencerons probablement tous à nous sentir plus à l’aise avec quelque chose comme ça”, a déclaré Bagdasarian.

Sarah Varney, avec ses filles Naia 8, à gauche, et Zoe 9, organise une fête en plein air pour l’anniversaire de Zoe. Shawn Patrick Ouellette/Photographe personnel

Sarah Varney de Windham prévoit un pique-nique en plein air au Sebago Lake State Park en juillet pour le 10e anniversaire de sa fille Zoe. Elle a également organisé une fête pour sa fille à l’extérieur l’année dernière, mais seulement avec quelques oncles et tantes et quelques camarades de classe. Cette année, Varney s’attend à avoir environ 35 personnes, dont une dizaine d’enfants. Elle prévoit d’apporter des sandwichs, qui sont plus faciles à préparer.

Elle a dit qu’elle n’avait pas beaucoup réfléchi à la question de savoir si elle demanderait aux gens s’ils étaient vaccinés, même si elle pense que tous les adultes le seront probablement. Elle suppose que les enfants, qui courent et s’éclaboussent dans le lac, ne porteront pas de masques, bien que certains pourraient le faire parce qu’ils sont devenus tellement habitués aux masques à l’école et peuvent se sentir plus à l’aise avec eux, pour le moment.

“L’année dernière, nous avions tout emballé individuellement, j’ai mis les légumes dans de petits sacs”, a déclaré Varney, 39 ans, qui travaille comme infirmière enseignante. « Cette année, ce sera plus détendu.

Donna Robinson de Windham prévoit d’organiser son barbecue habituel du 4 juillet pour ses amis et sa famille cette année, avec peut-être 20 invités. Elle espère avoir une variété de jeux de pelouse, comme le trou de maïs et la pétanque. L’année dernière, elle a également organisé un rassemblement le 4, mais avec environ la moitié moins de personnes.

Elle a déclaré que les rassemblements de l’année dernière, y compris le sien, étaient rendus plus stressants par toutes les précautions nécessaires et par le fait de s’inquiéter de savoir si tout le monde faisait “la bonne chose” en termes de masquage et de distanciation sociale. Cette année, sachant que presque tout le monde qu’elle connaît sera complètement vacciné, elle se sent plus détendue à l’idée d’organiser un rassemblement.

“L’année dernière, j’avais des boîtes de lingettes Lysol au lieu de serviettes en papier, et tout le monde était tellement préoccupé par qui venait et est-ce que tout le monde allait faire ce qu’il devrait faire”, a déclaré Robinson, 62 ans, responsable floral pour les supermarchés Shaw. . « Cette année, ce n’est pas aussi stressant.


Utilisez le formulaire ci-dessous pour réinitialiser votre mot de passe. Lorsque vous aurez soumis votre e-mail de compte, nous vous enverrons un e-mail avec un code de réinitialisation.

” Précédent