Les membres du Congrès de l’Illinois diffèrent sur les priorités de dépenses dans le plan de hausse des impôts de 2 billions de dollars de Biden | 1340 WJOL – 1340 WJOL

DOSSIER – Cette photo d’archive du 27 septembre 2012 montre des éoliennes produisant de l’électricité dans un champ de maïs juste à l’extérieur de Carlock, dans l’Illinois.Les législateurs de l’Illinois envisagent une législation sur l’énergie propre soutenue par Exelon Corp. L’idée proposée le jeudi 26 février 2015 obligerait les services publics à récompenser les producteurs d’électricité à faible émission de carbone pour leur respect de l’environnement. Cela comprend l’éolien, le solaire, l’eau et le charbon à combustion propre ainsi que le nucléaire. (Photo AP / David Mercer, dossier)

Les membres de la délégation du Congrès de l’Illinois diffèrent sur Président Joe Biden’s Plan de dépenses de 2 billions de dollars révélé cette semaine.

Pour payer le plan de dépenses de 2,3 billions de dollars, l’administration Biden cherche à augmenter l’impôt fédéral sur le revenu des sociétés de 2 billions de dollars.

Représentant américain Bill Foster, D-Naperville, a déclaré dans un communiqué qu’il était enthousiasmé par les propositions visant à remplacer les tuyaux en plomb, à relancer la chaîne d’approvisionnement des semi-conducteurs et à moderniser les lignes de transport d’électricité pour permettre davantage d’énergies renouvelables.

«Le plan américain pour l’emploi du président Biden donne la priorité aux investissements attendus depuis longtemps et appropriés dans l’infrastructure et la chaîne d’approvisionnement de notre pays tout en créant des millions d’emplois syndicaux bien rémunérés à travers le pays», a déclaré Foster dans un communiqué. «J’ai hâte de travailler avec mes collègues du Congrès pour adopter cette législation si nécessaire tout en veillant à ce que le couloir de transport de l’Illinois, si essentiel à l’ensemble de l’économie, reçoive sa juste part d’investissements et d’améliorations.»

Environ 631 milliards de dollars sont consacrés au transport. Cela comprend 174 milliards de dollars pour réoutiller les usines afin de stimuler la production de véhicules électriques. La Maison Blanche affirme que le plan comprend des centaines de milliards de dépenses pour atteindre des objectifs de réduction des émissions nettes d’ici 2050.

Représentant américain Rodney Davis, R-Taylorville, a déclaré que la plupart des dépenses ne sont pas consacrées aux infrastructures et semblent plus axées sur la transformation du réseau énergétique du pays en des choses comme l’énergie éolienne et solaire.

«Si nous allons passer à une flotte de véhicules électriques plus omniprésente sur nos routes, nous devons comprendre comment ceux-ci sont facturés, ils sont facturés en fonction des capacités de génération de charge de base», a déclaré Davis. «Nous n’avons pas la capacité éolienne et solaire pour faire fonctionner notre économie dans le centre de l’Illinois, et encore moins l’économie américaine.»

Davis craignait que le projet de loi nuise à l’infrastructure énergétique de l’État et de la nation.

«Une grande partie va pousser ce que je considérerais comme des politiques du Green New Deal qui pourraient avoir un effet négatif sur le nombre d’emplois dans nos communautés dans des plats comme [Springfield City Water Light and Power], dans des usines comme l’installation nucléaire de Clinton. »

Davis a également déclaré que lors d’une pandémie et de la reprise ultérieure, ce n’était pas le moment d’augmenter les impôts des petites entreprises pour atteindre des objectifs idéologiques.

La Maison Blanche affirme que le plan «modernisera» 20 000 miles d’autoroutes, de routes et de rues principales, investira dans le haut débit et «modernisera» les maisons, les bâtiments commerciaux, les écoles et les bâtiments fédéraux. La mesure financerait également les travailleurs des soins à domicile dans la communauté.

Les autres dépenses prévues par la Maison Blanche comprennent 20 milliards de dollars à l’échelle nationale pour les ponts ruraux et l’expansion de diverses subventions de construction financées par les contribuables, «dont 3 milliards de dollars pour soutenir des projets d’infrastructure dans les zones rurales» du pays.