Fayetteville, Arkansas, est-elle la prochaine grande ville cyclable?

«Si vous sortez sur notre [bike] sentiers, vous voyez beaucoup de diversité par rapport à cette région. Le cyclisme est devenu si accessible que nous avons des gens de tous âges dans la communauté qui utilisent les sentiers », explique Dane Eifling, Fayetteville, coordonnateur de la mobilité de l’Arkansas dans sa division d’ingénierie. «Le cyclisme s’est normalisé», dit-il, et ce n’est pas un hasard.

Fayetteville a investi dans son infrastructure cyclable récemment, au point que Places For Bikes, une organisation nationale de défense du vélo, a récemment a donné à Fayetteville un score «accélération» de 4,6 sur 5, ce qui signifie que la ville améliore son infrastructure cyclable plus rapidement que toute autre ville classée. Les scores sont basés sur le nombre de personnes dans la région qui font du vélo, l’étendue et la connectivité de l’infrastructure cyclable de la ville et d’autres facteurs.

«Si vous avez un tas de grandes routes qui ne sont pas adaptées aux cyclistes et que vous ne pouvez pas vraiment rouler n’importe où sans emprunter une route, votre score diminue», explique Eifling. “Mais si vous avez des sentiers et des rues de quartier qui vous mèneront à une destination, votre score augmente.”

À Fayetteville, c’est exactement ce qui se passe. «Nous avons construit de nombreux sentiers et notre réseau asphalté» au cours des dernières années en particulier, dit Eifling. «Des développements et des destinations sont ajoutés autour du réseau de sentiers et c’est devenu un processus auto-réalisateur», dit-il – à mesure que de plus en plus de sentiers et de connexions sont construits, plus de développements choisissent d’être à proximité des sentiers. Grâce au plan directeur mis à jour chaque année par la ville, chaque fois qu’une nouvelle entreprise est approuvée à côté d’un sentier, l’entreprise doit établir une connexion avec le sentier. La ville dispose également de moyens de construction dédiés travaillant en sa faveur. Le département d’ingénierie dispose d’une équipe interne de neuf personnes dédiées à la construction de tous les types de sentiers dans toute la ville.

Gulley Park est un excellent exemple d’une telle construction. «C’est l’un de nos parcs les plus visités. Il a une grande série de concerts et reçoit beaucoup de visiteurs tous les jours, mais il était complètement coupé de toutes les pistes cyclables car il est situé le long d’une ancienne autoroute. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent du temps que vous alliez en voiture au parc à moins de vivre de l’autre côté de la rue », dit-il.

Au cours des dernières années, la ville a construit une piste cyclable qui reliait le parc à la voie verte Razorback de près de 65 km qui traverse la ville.

De telles améliorations sont dues en grande partie à l’adoption d’un Plan de transport actif en 2015. Le plan définit le transport actif comme toute forme de transport à propulsion humaine, du vélo aux fauteuils roulants. L’un des objectifs du plan est d’avoir une connexion de sentier à moins d’un demi-mile de chaque résidence d’ici 2040. La ville s’est également engagée à gagner une médaille d’argent. Désignation de communauté amicale de vélo en 2017, un jalon qu’il a franchi un an plus tôt.

Le bureau des congrès et des visiteurs de la ville, Experience Fayetteville, a même un coordinateur cycliste dédié – Brannon Pack, auparavant directeur exécutif d’une organisation à but non lucratif dédiée au vélo de montagne. Pack affirme que de nombreuses améliorations apportées par Fayetteville illustrent la conviction du CVB selon laquelle le cyclisme récréatif et professionnel sont des sources clés de financement touristique à Fayetteville et dans le nord-ouest de l’Arkansas.

À cette fin, la ville a accueilli pour la première fois en avril la US Pro Cup, le plus haut niveau de course de vélo de montagne cross-country professionnel du pays.

La ville accueillera également le 2022 Championnats du Monde Cyclo-Cross UCI – ce n’est que la deuxième fois que la course aura lieu en dehors de l’Europe. L’organisation cycliste qui régit le sport au niveau international a reconnu que Fayetteville a investi massivement dans l’infrastructure nécessaire pour la course hybride de vélo de route et de montagne au point qu’il a donné à la ville sa première et unique désignation Bike City aux États-Unis.

Tout cela se traduit pour Eifling par une accessibilité globale accrue au cyclisme en ville.

En plus de voir régulièrement des événements cyclistes internationaux, le confort et la sécurité des sentiers de la ville ont changé la donne. «Nous avons un éclairage sur eux la nuit dans la plupart des zones – nous nous concentrons sur le transport de vélos 24 heures sur 24, ce qui se traduit par une utilisation accrue lorsque les gens se sentent en sécurité», ajoute Eifling. L’espoir est que les nouveaux utilisateurs puissent gagner en confiance et en compétences sur les sentiers pavés, ce qui entraînera un intérêt accru et une capacité à voir le vélo à la fois comme un sport et un mode de transport courant.

Le plan à Fayetteville est de continuer. Alors que la ville compte actuellement environ 50 miles de sentiers dans ses limites, le plan directeur du vélo de la ville a été mis à jour l’année dernière dans le but ambitieux de doubler ce nombre à 100 miles de réseaux de sentiers pavés au cours des dix prochaines années pour répondre à la moitié du plan de transport actif -mile objectif de connexion.

«Nous sommes toujours impatients», déclare Pack. Surtout avec la course Pro Cup cette année, «nous voyons une partie de cela porter ses fruits.»