Cet étudiant du Maine a déjà parcouru 2500 miles cette année. Il en a 5 500 à faire. – NewsCenterMaine.com WCSH-WLBZ

PORTLAND, Maine – Le premier jour de 2021, Sammy Potter de Yarmouth a commencé sa randonnée au nord de Springer Mountain, en Géorgie, le terminus sud du sentier des Appalaches. Avec son ami et camarade de classe Jackson Parell, il s’est lancé avec un objectif extraordinairement ambitieux. Ils voulaient terminer, en une année civile, la triple couronne de la randonnée américaine – les sentiers Appalachian, Continental Divide et Pacific Crest. En cas de succès, ils seraient les plus jeunes randonneurs à le faire.

Le plan était de les emmener un par un, en parcourant l’AT dans son intégralité, puis le CDT, enfin le PCT, environ huit mille milles en tout. Potter et Parell avaient l’intention de se déplacer à l’équivalent de la randonnée de près d’un sprint afin de pouvoir retourner à l’Université de Stanford en septembre.

La plupart des randonneurs traversant le plan AT prévoient de prendre six mois et commencent généralement en mars, lorsque le printemps arrive dans le sud-est. Potter, comme mentionné, a pris la piste le jour du Nouvel An, s’est dirigé vers le nord et a rapidement connu «un hiver assez brutal» dans les Smoky Mountains du Tennessee. «Nous étions là-bas pendant quatre jours, à les parcourir», dit-il, «et nous avons été frappés par une tempête de neige différente chacun des quatre jours. Donc, il est passé de six pouces de neige un jour à un pied de neige le lendemain à deux pieds et enfin le dernier jour… peut-être deux et demi, trois pieds, quelque chose comme ça.

Sans le bon tempérament, de telles conditions seraient écrasantes. Ils ont eu un impact émotionnel, reconnaît Potter. «En regardant un pied de neige sur des kilomètres et des kilomètres, sachant que nous allons devoir briser ce sentier pendant qu’il continue de neiger et que nous sommes trempés, il faut juste rire de la situation.»

Le temps a forcé Potter et Parell à changer leur plan. En Pennsylvanie, ils ont quitté l’AT pour parcourir les 500 milles les plus au sud du CDT, puis sont allés plus à l’ouest pour couvrir à peu près le tiers le plus au sud du PCT. Ils sont maintenant de retour sur le sentier des Appalaches, avec pour objectif d’atteindre le terminus nord du sommet de Katahdin à la fin mai. Ensuite, ils reviendront pour terminer les deux autres sentiers.

Tout au long du voyage, Potter a gardé le moral avec un dicton qu’il a entendu pour la première fois du patriote de la Nouvelle-Angleterre Julian Edelman: Les temps difficiles ne durent pas, les gens difficiles le font. «Je pense que c’est vraiment une excellente façon de décrire nos trois premiers mois sur la piste», dit Potter. «Nous allons passer [these tough times] et nous allons leur en être reconnaissants – et cela nous rend plus difficiles de les traverser.

Vous pouvez suivre leur parcours sur Instagram en cliquant sur ici.