C’est le bon moment pour autoriser les activités de plein air interdites: Expert – CBC.ca

Avec un climat estival dans l’est de l’Ontario et une baisse des cas de COVID-19 et des vaccinations, un spécialiste des maladies infectieuses affirme que le moment est venu de rouvrir certains sports actuellement interdits par la province.

Le golf, le basketball, le tennis et la planche à roulettes ont tous été fermés depuis le gouvernement du premier ministre Doug Ford restrictions renforcées dans le cadre de l’ordonnance de séjour à la maison début avril.

Cela n’a jamais été la recommandation de la table consultative scientifique à la province, a déclaré le Dr Gerald Evans, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université Queen’s et au Kingston Health Sciences Centre, qui est également membre de l’Ontario COVID-19 Science Advisory Table.

“Nous ne voyons pas d’inconvénient à [outdoor activities] et nous voyons ce qui représente vraiment un avantage pour aider les gens à améliorer leur santé mentale », a-t-il déclaré.« Le risque de transmission du COVID si vous êtes à l’extérieur est extraordinairement plus faible qu’à l’intérieur.

Il a dit que certaines estimations suggèrent qu’être à l’extérieur peut être 18 à 20 fois plus sûr qu’à l’intérieur.

Biais d’optimisme

Au cours de l’année écoulée, les responsables de la santé ont déclaré que l’extérieur était plus sûr que l’intérieur, mais être à l’extérieur ne rend pas quelqu’un à l’abri.

C’est l’aspect de socialisation associé à de nombreux sports qui peut poser un risque, a déclaré Evans, comme les golfeurs se réunissant sur le «19e trou».

Le Dr Gerald Evans, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université Queen’s, affirme que le risque de transmission à l’extérieur est faible tant que les personnes de différents ménages se tiennent à au moins deux mètres l’une de l’autre. 1:15

Avec le beau temps et les minuscules, les humains sont construits pour avoir un biais d’optimisme – où nous favorisons l’idée que les choses ne sont pas aussi mauvaises que nous le pensons, ce qui peut brouiller notre jugement.

“Il va y avoir une tendance à dire: ‘Eh bien, vous savez, j’écoutais quelqu’un qui disait que c’était assez sûr à l’extérieur … peut-être que je vais prendre un peu plus de chance.’”

Quelque chose comme un barbecue dans la cour peut être problématique, a-t-il déclaré.

Un de ces barbecues dans un parc d’Ottawa l’été dernier a entraîné une augmentation du nombre de cas à l’échelle locale.

«Il n’y a aucun doute à ce sujet et l’activité physique est importante», a déclaré la médecin hygiéniste d’Ottawa, la Dre Vera Etches, à CBC Radio. Matin d’Ottawa La semaine dernière.

Pourtant, elle a également réitéré ses inquiétudes concernant les personnes qui se rassemblent avec des personnes extérieures à leur foyer. L’automne dernier, elle a également mis en garde contre une augmentation des cas de COVID-19 lié aux sports organisés, à une époque où les cas étaient en hausse dans la ville.

Bien qu’elle n’ait pas indiqué si elle préférait autoriser la reprise de certaines activités de plein air avant le 2 juin, elle a déclaré qu’une fois qu’elles reprendront, les gens peuvent minimiser le risque de propagation de la maladie en portant des masques lorsqu’ils sont en contact étroit avec les autres.

“Personne ne veut une autre résurgence du COVID. Nos employés hospitaliers, vous savez, ont été trop sollicités.”