Beltzville en kayak Le voyage sur l’eau offre des vues que vous ne pouvez pas obtenir d’une randonnée – Times News Online – tnonline.com

e chaos de bernaches du Canada s’affrontant sur un territoire a percé le calme du ruisseau Pohopoco.

Alors que notre groupe de visiteurs humains s’attendait à une journée sereine en kayak le long de la crique qui alimente l’un des plus grands lacs artificiels de l’État, ses habitants ont réservé de nombreuses surprises.

Le lac Beltzville s’étend sur plus de 900 acres. Il peut être exploré par des bateaux grands et petits. Alors que la majeure partie du lac lui-même est ouverte aux bateaux à moteur qui créent un grand sillage, ses affluents sont parfaits pour les kayaks de plaisance qui peuvent être achetés dans le magasin discount local.

« C’est un plaisir presque primordial que nous éprouvons à flotter sur l’eau et à nous laisser porter par l’eau. Et vous avez une vue imprenable sur un sentier de randonnée », a déclaré Brittney Coleman, notre guide pour le voyage et éducatrice en environnement au Kettle Creek Environmental Education Center dans le comté de Monroe.

Notre groupe s’est réuni un jour de mai sans nuages ​​dans l’espoir de voir la faune, mais surtout juste pour profiter d’une journée sur l’eau. Les températures ressemblaient plus au milieu de l’été qu’à la fin du printemps.

Le naturaliste du parc, Rob Bergstresser, nous a donné quelques éléments à rechercher avant de lancer nos kayaks. Il y a trois nids de pygargue à tête blanche à proximité du lac. Le long d’un autre affluent, le Wild Creek, des loutres de rivière ont été aperçues.

Voyager en bateau sans moteur permet aux humains d’être plus sournois et de se rapprocher des animaux qu’ils ne le feraient à pied ou en véhicule motorisé.

Les pagayeurs de notre groupe seraient ravis de voir de la faune, mais la plupart se sont contentés de profiter d’une journée sur l’eau.

Coleman guidait des excursions en radeau sur la rivière Lehigh. Elle en a apporté certains aspects à son travail actuel, en dirigeant des excursions en kayak sur les voies navigables du comté de Monroe et des régions avoisinantes.

Elle pagaie sur Beltzville et le Pohopoco depuis son adolescence.

“J’aime planifier les petits détails pour les gens afin qu’ils puissent s’amuser et ne pas s’inquiéter”, a-t-elle déclaré.

À notre point de lancement, le Pohopoco ressemble à un ruisseau lent. En se dirigeant vers le sud-ouest en direction de la rampe de mise à l’eau de Preacher’s Camp, le canal s’élargit et le courant devient presque inexistant.

Beltzville est l’un des parcs d’État les plus populaires de l’État, mais dans la région de Pohopoco, il n’y a personne d’autre que le groupe de pagayeurs.

Quelques semaines plus tôt, les arbres commençaient tout juste à montrer leurs bourgeons. Mais ce jour-là, les buissons à floraison printanière comme les azalées et le chèvrefeuille sont en pleine floraison et les branches feuillues ont commencé à s’affaisser au-dessus de l’eau.

Non loin de la rampe de mise à l’eau, on aperçoit quelques oies. Brittany signale un petit héron. Les hérons semblent être plus à l’aise près d’un marécage de Floride, mais ils aiment tout type de voie navigable, même en Pennsylvanie. Alors que nous nous approchons, le héron s’envole.

L’arbre abattu de temps en temps sort de la crique lorsque nous passons. Sur certains d’entre eux se trouvent ce qui semble être des roches sombres et brillantes. En pagayant plus près, ils se révèlent être des tortues en train de bronzer. Il y en a des dizaines éparpillés sur les arbres dans tout le ruisseau. Certains abandonnent immédiatement lorsqu’ils remarquent un kayak qui approche. D’autres sont plus courageux ou profitent trop du soleil pour suivre leurs compagnons dans l’eau.

Un peu plus en aval, on entend le klaxon des oies. Deux couples se crient dessus et battent des ailes. Les oies peuvent être territoriales, elles se disputent leur partenaire et protègent leurs aires de nidification. La saison de nidification n’est pas tout à fait terminée, il est donc possible qu’ils protégeaient des œufs à proximité.

Après avoir laissé les oies derrière, le groupe s’arrête pour déjeuner sur un rivage herbeux. C’est là que le projet de pipeline PennEast traversera le Pohopoco. Pendant le déjeuner, Brittany nous montre comment les pruches voisines sont infectées par une brûlure. Le puceron lanigère ressemble à un champignon ou à une fausse neige, mais il s’agit en fait d’un minuscule insecte qui suce la sève de la pruche. Les insectes sont minuscules – environ 1 à 2 mm de long, mais sur une période de plusieurs années, ils peuvent être mortels pour les pruches.

Sur le rivage, le groupe partage des histoires de kayak mémorables. Certains ont grandi en pagayant sur les lacs. D’autres l’ont découvert à l’âge adulte et sont devenus accros. Ils sont tous sympathiques et proposent de partager leurs déjeuners quand ils découvrent que je n’en ai pas.

La plupart des pagayeurs ont vu des choses sur la rivière qu’ils n’auraient pas vues ailleurs. Certaines des rencontres les plus excitantes sont avec les pygargues à tête blanche. Bien qu’ils ne soient plus une espèce en voie de disparition, les pygargues à tête blanche font toujours partie des choses les plus précieuses que l’on puisse voir lors d’une excursion en kayak.

« Le pygargue à tête blanche est l’animal le plus cool à voir. Vous ne les voyez pas trop ici », a déclaré Tom Gannon.

Faites le plein, il est temps de continuer le voyage de ruisseau en lac. Un membre du groupe incline son kayak alors qu’il remonte dans le bateau, se trempe et laisse tomber un sac contenant son téléphone dans l’eau. Mais avec le téléphone protégé par le sac et le soleil chaud au-dessus de la tête, ce n’est pas un gros problème.

Après notre départ, nous rencontrons un autre couple de bernaches du Canada. Ils ont une demi-douzaine d’oisons, couverts de plumes jaunes qui ressemblent à de la fourrure. Les parents nagent à chaque extrémité de la ligne, les éloignant rapidement de notre groupe.

En contournant un coude du ruisseau, nous pouvons voir où il débouche dans le lac Beltzville.

Ici, la popularité de Beltzville est plus apparente. Les hommes pêchent depuis leurs bateaux à moteur. Un couple passe à petite vitesse sur un jet ski. En regardant vers le nord, nous voyons un autre groupe de kayakistes revenir du Wild Creek, l’autre affluent de Beltzville. Il est possible qu’ils aient vu les loutres décrites par le naturaliste du parc. S’ils ne l’ont pas fait, ils ont quand même eu le plaisir de voir le lac d’un point de vue que la plupart des gens n’ont pas.

« Regarder un nouvel endroit, explorer un nouvel endroit et être simplement fasciné par le paysage qui vous entoure, c’est ce que je veux que les gens vivent lors de ces voyages. Voir la faune est un bonus sympa », a déclaré Coleman.

Kettle Creek a plusieurs autres sorties de canotage prévues cet été sur les voies navigables dans et autour du comté de Monroe. Appelez le 570-629-3061 pour plus d’informations ou pour vous inscrire.

McMichaels Creek, Stroudsburg, samedi 19 juin, 9 h 30

Little Mud Pond, Dingmans Ferry, jeudi 8 juillet, 9 h

Brady’s Lake sous la pleine lune, Pocono Lake, vendredi 23 juillet, 20h

Delaware River, Bushkill, jeudi 26 août, 9 h

Lac Tobyhanna, Tobyhanna, vendredi 17 septembre, 13 h

Cranberry Creek à travers la tourbière, Tannersville, vendredi 1er octobre.

(Les sorties de McMichaels et Cranberry Creek dépendront de niveaux d’eau suffisants)

Une tortue prend le soleil le long du ruisseau Pohopoco, près du lac Beltzville.

Les tortues prennent un bain de soleil le long du ruisseau Pohopoco, près du lac Beltzville.

Un groupe de pagayeurs a exploré le ruisseau Pohopoco sous la direction de Brittany Coleman, éducatrice de la faune au centre d’éducation environnementale de Kettle Creek dans le comté de Monroe. NOUVELLES DE CHRIS REBER/TIMES

Les pagayeurs ont également découvert des animaux qui n’avaient ni plumes ni fourrure. Coleman a souligné le puceron lanigère et a parlé de leur impact potentiellement mortel sur les pruches.

Des oisons se nourrissent près de la rampe de mise à l’eau du camp des prédicateurs au lac Beltzville.

Rob Bergstresser, naturaliste du parc d’État de Beltzville, décrit une partie de la faune potentiellement visible pour les pagayeurs sur le ruisseau Pohopoco et le lac Beltzville.